Traversée du désert

« Cher journal, je crois que je m’acclimate bien : aujourd’hui il faisait 26°C et j’avais froid. Il me semble que … »

Oups.

Revenons a nos moutons tandémiques.

Une fois n’est pas coutume, je vais vous narrer en quelques points les étapes dernièrement parcourues, que Paul illustrera de ses plus beaux clichés (photographiques, j’entends).

Nous vous avions laissés à Phan Rang (ou nous avons visité un magnifique temple Cham), terre soviétique mais pas trop. Si vous avez bien suivi (la jolie carte est la pour ça), nous sommes actuellement à Mui Ne, terre de dunes et de plages. Et de russes, aussi. Mais faisons le point :

 

  • 4ème étape : Phan Rang -> Ca Na [82 km, on est des oufs]

Cette étape fut la plus éprouvante (et aussi la plus longue) du périple (pour l’instant, c’est facile de dire ça, on débute à peine…). Tout avait pourtant bien commencé : petite campagne paisible, jolies rizières bien vertes, route en bon état… On traverse un petit village (Son Hai), pour bifurquer vers une route plus sablonneuse en direction du Cap de Ca Na, au nom prometteur d’un joli phare et d’une plage du bout du monde peu fréquentée.

Autant vous le dire tout de suite : le phare, on ne l’a pas vu. La plage, de loin. Le joli chemin s’est vite transformé en route de plage (certes magnifique), avec la mer d’un coté, les dunes de l’autre, et un truc défoncé plein de sable entre les deux. On a roulé et poussé, pour arriver jusqu’au bout de la piste (là on ne faisait plus que pousser)(surtout Paul). Le vent était bien sur présent (sinon c’est pas drôle), ce qui fait que nous n’avons pas tenté le diable plus loin avec le tandem. Quelques pas pour contempler la fameuse plage, et déjà il fallait repartir, le vent de face. Là, je peux vous dire que les masques ont servi. Heureusement pour nous, malheureusement pour le paysage et l’environnement, un projet de route tout proche pour relier cet endroit avec on ne sait quoi était en cours, et nous avons pu repartir via cette route en travaux. En vent de face, donc à 11 km/h sur une route en parfait état. Frustrant et éreintant.

On est repassés par Son Hai, pour manger (et oui, tous ces événements ont eu lieu avant midi) et booiiiiiiire… Rencontre sympathique avec les gens du village, les enfants surtout (le foot, moyen international de lancer une conversation). On a fini par prendre plein de photos avec eux (qu’on leur a laisse en souvenir sur l’ordi du cyber du coin). On est partis a regrets (cf. rubrique Anecdotes).

Plein de déboires tandémiques pour rejoindre Ca Na (vent, déraillements, poussière…). On a fini par trouver un hôtel au bord de l’eau pas trop cher. Notre voisin Vietnamo-canadien nous emmène manger un morceau au restau du coin. Inutile de dire qu’on s’est endormis comme des masses !

  • 5ème étape : Ca Na -> Phan Ri [62 km, beaucoup de nationale]

Nous partons tôt dans l’espoir de visiter quelques vestiges Cham sur la route. Espoir ruiné par le manque d’indications sur la route, et également le manque de cohérence des conseils donnés par les locaux… Tant pis, on a bien tourné, on ne verra rien. Pause repas et achat d’une tite pastèque pour le goûter (5 000 ₫).

On se consolera en visitant un magnifique site de pagode un peu plus loin (et en mangeant la pastèque). Rencontre avec des moines souriant. L’un d’entre eux a même fait du tandem avec Paul !! Ambiance mystique car personne dans les allées commerçantes, ni même sur le site, et frappements réguliers de grosses cloches…

Arrivée a Phan Ri ponctuée de belles plages désertes, d’oiseaux sur les lignes téléphoniques (impossibles a identifier, mais très colores)(photos impossibles, je ferai un dessin !), de crevaison (une), et de tas de coquillages sur le bord de la route.

Hôtel par défaut, épisode assez bizarre. Mangé des bonnes nouilles en self-service de rue ! (ah, street food…)

  • 6ème étape : Phan Ri -> Mui Ne   [57 km, on fatigue]

Départ vers 7h30, on mange des beignets tous chauds au sésame et a la noix de coco sur un pont en regardant les bateaux de pêche.

On repart dans un paysage aride sur une piste caillouteuse et bien rouge (latérite ?). Crevaison. Route chaotique et fatigante. On s’arrête en chemin pour regarder un lac au milieu de dunes (Bau Trang), en se disant qu’on y reviendra. Un peu plus loin, la piste se transforme en route. Normal, on entre dans la partie touristique. Les derniers kilomètres se font sous un soleil de plomb, on se trompe de route, on boit le meilleur Pepsi de tous les temps une fois arrivés a l’intersection du Salut qui nous permettra de rejoindre la zone des restaus et hébergements… Les tarifs et les dispos des hôtels font que nous avons opté pour un truc au bord de la mer avec même une piscine. (l’océan est a meilleure température que leur piscine). Fait incroyable : je me suis baignée. Si. Longtemps, même.

Sinon y’a plein de petits crabes rigolos sur la plage. Et il fait beau.

On décide de faire une pause ici pour 2 jours, histoire de ne pas pédaler une journée complète.

Du coup on a fait nos gros touristes et on a réservé un « tour » dans les dunes pour ce matin. Et plage et piscine cet après-midi. Trop dure la vie. Ce qui est dommage c’est qu’on a pas trop l’occasion de rencontrer du monde…

On se rattrapera plus tard ! Demain, petite étape : Phan Thiet ! (+ temples Cham et autres visites culturelles)

A bientôt !  Plusieurs articles sont programmés pour sortir ces prochains jours, bonne lecture ! N’hésitez pas a nous poser des questions ! (on ne garantit pas le délai de réactivité mais on répondra)

7 réponses
  1. momanpopa
    momanpopa dit :

    Superbes photos !! c’est super bien raconté et ça donne envie d’en savoir toujours plus , y compris les anecdotes …. seulement, on a fouillé en vain le site et on n’a pas trouvé la fameuse « rubrique anecdotes » ?
    prenez soin de vous les pitits 🙂

    Répondre
  2. Quizz
    Quizz dit :

    Salut les djeuns !
    Merci pour les news, mais j ai une question : que fait paul pendant que tu travailles, Anne ?! je suis sûr qu’il pionce !
    2eme question, plus angoissée : combien de chambres a air avez vous pris ?? parceque si mes comptes sont bons, vous en êtes déja a 3 crevaisons…

    Poutous

    Répondre
    • Paul
      Paul dit :

      Non, je travaille MA série et sur des articles qui seront publiés plus tard !!!!
      2 crevaisons au compteur, on a 4 chambres a air que l’on répare. C’est les rustines qui vont manquer !

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *