Remise en route (avec photos)

Après ces quelques désagréments passagers mais somme toute classiques des voyages, nous avons pu nous remettre en selle – ça nous changeait de son pluriel.
Il était temps, on commençait à connaître le menu de notre guesthouse par coeur, à défaut de le tester…

Étape 30 : Don Khong – Mounmoun [40 km]
Nous avons repris mollo, par un petit tour au Nord de l’île suivi du trajet sur la rive droit du Mékong jusqu’à Mounlapamôk – Mounmoun pour les locaux.
Le petit tour sur l’île eu pour seul intérêt notable une crevaison à 200m du ferry.
Nous avons ensuite bien pédalé le long du Mékong jusqu’à la ville-ferry de Mounlapamôk. À un kilomètre de cette bourgade, nous nous sommes fait héler par une famille tranquillement installée en terrasse au bord de la route. Nous les rejoignons et leur demandons la distance pour la prochaine guesthouse. Le chef de famille – Ilon – nous renseigne et nous offre des bières fraîches et de l’eau. Il est 11h. Il nous invite ensuite à prendre le déjeuner avec lui – nouilles fraîches et herbes, avec du bouillon de coco épicé. Super bon, ça nous requinque bien. On repart après s’être fait recommander auprès de l’hôtel, et quelques échanges basiques grâce au guide de conversation et au gendre qui parle quelques mots d’anglais.
Mounmoun nous accueille dans la poussière et l’animation dues aux échanges réguliers dus au trafic de son important ferry sur le Mékong. À part regarder les camions et voitures embarquer et débarquer des plateformes flottantes, pas grand-chose à faire.

31ème étape : Mounmoun – Champasak [75 km]
On part de bonne heure après avoir fait nos courses du petit dej’ au marché, que l’on mangera un peu plus loin dans un temple au bord du Mékong (le petit dej’, pas le marché). La route est plutôt agréable, plate et ombragée. Le Mékong est calme et large, avec de petites îles, parfois cultivées. Quelques rizières bien vertes, des canaux d’irrigation en béton… On traverse quelques villages, dont un en pleine noce. Petite traversée en ferry où nous croisons d’autres cyclo touristes, qui nous vantent la route passant par Soukhouma pour rallier Champasak. En bon état nous disent-ils.
Effectivement, la route est plus plate, mais d’un ennui mortel… Une longue ligne droite au milieux de champs secs, sans ombre, et de la poussière… On regrette d’avoir quitté les bords du Mékong ! Déjeuner d’un bol de nouilles chez une dame qui approuve notre tandem des deux pouces. En s’approchant de Champasak, on longe les collines aux pieds desquelles se trouve le Vat Phou, mais on le garde pour le lendemain !
Arrivés à Champasak, on découvre une ville somnolente toute en longueur. Hôtel-bungalow au bord du Mékong.

 

Visite du Vat Phou
Jolie ruine des temps angkoriens, classée UNESCO. Son escaliers nous a bien marqué, avec ses frangipaniers en fleurs et ses marches recourbées. Jolie vue et roches sculptées (Je n’imaginais pas une empreinte de pied de Bouddha comme ça…). Le site est en cours de restauration, on est donc accueillis par des engins de chantier remettant les blocs en place. Il aurait peut-être mérité une maquette, reconstituant le cheminement de l’eau qui fait l’originalité de ce temple…

2 réponses
  1. claude bignolas
    claude bignolas dit :

    Made et Claude vous remercient pour les commentaires et les photos qui nous interessent beaucoup. conti nuez ce beau voyage,bonne route..et pas trop de crevaisons!

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à claude bignolas Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *