Caramba, Angkor raté [Jour 3]

////////////////
////Jour 3 ////
///////////////

Dernier jour du pass, dernier pack : il s’agit bien évidemment du pack « Angkor Vat », le plus emblématique pour la fin !

Paul lance une nouvelle fois les dés pour l’heure du supplice du réveil. Et oui, c’est lui qui porte la montre-alarme. 5 ! Réveil à 5h30, encore un lever de soleil en prévision !!

Temple 14 : Phnom Bakeng idéalement situé à côté d’Angkor Vat, et sur une petite colline, ce temple-montagne est un spot peu fréquenté pour le lever de soleil.
# Carte évènement : « Mauvais calcul » -> le chemin pour monter au temple n’en fini pas, et le lever de soleil est presque terminé quand vous arrivez au sommet. Tant pis, vous prenez votre petit déjeuner là quand même.
Temple en cours de restauration avec des grues un peu partout, on a pu voir quelques statues sympas. Plus intéressant pour la vue…

# Carte évènement aléatoire : « générateur d’improbabilité » -> vous doublez un éléphant en tandem par la droite.

Temple 15 : Angkor Vat, Vatounet pour les intimes. On y revient enfin pour l’explorer à fond.
# Carte évènement : « rencontre  cycliste » -> vous rencontrez de sympathiques tandemistes avec qui vous discutez un bon moment, et vous convenez un rendez-vous pour approfondir la conversation autour d’un dîner.
On a d’abord cherché un bon moment l’apsara qui montre ses dents sur le mur d’enceinte extérieure… Puis on a attaqué ce temple par les fresques extérieures de l’enceinte intérieure, vraiment très belles, notamment celle sur les enfers. Nous avons visité l’intérieur du temple aux heures des repas, où la foule s’était bien dispersée. Le sanctuaire principal est plus impressionnant de l’extérieur (il abrite d’ailleurs une énorme ruche sauvage – concept, ça, le miel d’Angkor). Belles sculptures d’apsaras, toutes différentes, dans les coursives et les galeries.
Ce temple bénéficie plus que les autres de l’effet de perspective monumentale donné par l’architecture des tours. Les Khmers sont des ptits malins. Ils ont diminué la hauteur des niveaux des tours au fur et à mesure de leur élévation. Cet effet trompe-l’œil donne une impression de hauteur écrasante, alors qu’en fait le temple est assez petit. (Je vous ferais bien un schéma pour vous expliquer plus clairement mais vous avez Internet sous la main, alors cherchez, bande de fainéants !)

Bilan du jour 3 : contre toute attente, aucune postcard proposée, ni même de fruits. Grâce à notre subtil sens de l’organisation, la foule et ses smartphones ont pu être évités. On a même pu prendre des photos sans touriste !! Nous avons bien circulé en tandem également, et l’éléphant nous rapporte des points bonus !

Bref, on se la pète grave grave grave, on se la pète grave grave grave !

4 réponses
  1. caracolito
    caracolito dit :

    Un éléphant en tandem?

    Comment il faisait pour pédaler tout seul?
    Ils étaient pas plutôt 2, un devant et l’autre derrière?

    Répondre
  2. caracolito
    caracolito dit :

    j’ai compris, en fait l’éléphant était tout seul sur le Tandem!

    Il était allongé sur les 2 selles et utilisait ses pattes de derrière pour pédaler à l’arrière et ses pattes de devant pour pédaler à l’avant tout en tenant le guidon avec sa trompe…

    Répondre
  3. Pop
    Pop dit :

    Vous pourrez maintenant vous écrier comme (qui, déjà ?) : »j’ai tout essayé, tout éprouvé… Au fond des forêts du Siam, j’ai vu l’étoile du soir se lever sur les ruines de la mystérieuse Angkor ».
    réponse dans Kampuchea (p.125)

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *